Commentaire liturgique

Le service du bon pasteur, c'est la charité. C'est pourquoi Jésus dit qu'il « donne sa vie pour ses brebis ». Car il faut savoir ce qui le distingue : le bon pasteur veille à l'intérêt de son troupeau, le mauvais cherche son propre intérêt. C'est bien ce que dit le prophète : « Malheur aux pasteurs d'Israël qui ne cherchent que leur propre pâture. N'est-ce pas leur troupeau qu'ils doivent paître ? » (Ez 34,2). Celui qui ne fait qu'utiliser le troupeau pour son propre intérêt n'est pas un bon pasteur. Un bon berger, au sens naturel, supporte beaucoup pour le troupeau sur lequel il veille, comme en témoigne Jacob : « J'étais dévoré le jour par la chaleur, et la nuit par le froid » (Gn 31,40). Mais le salut du troupeau spirituel importe plus que la vie même du pasteur ; c'est pourquoi, lorsque le troupeau est en danger, son pasteur doit supporter de perdre la vie de son corps pour le salut du troupeau. Le Seigneur a dit : « Le bon pasteur donne sa vie pour ses brebis », sa vie corporelle par l'exercice charitable de l'autorité. Le Christ nous a montré l'exemple : « Il a donné sa vie pour nous. Nous devons, nous aussi, donner notre vie pour nos frères » (1Jn 3,16).

    peripsum.org

Connexion

Partitions :

Polyphonie

Grégorien

Recueils

 

© 2021 Collégiale Saint André. Tous droits réservés. Ce site utilise des cookies pour son fonctionnement.

Connexion :

Our website is protected by DMC Firewall!