Commentaire liturgique

« Le disciple que Jésus aimait dit à Pierre : ' C'est le Seigneur ! ' » Celui qui est aimé voit le premier ; l'amour porte sur toutes choses un regard plus aigu ; celui qui aime sent toujours avec plus de vivacité. Quelle difficulté rend l'esprit de Pierre si lent et l'empêche de reconnaître Jésus le premier, comme il l'avait déjà fait ? Où est ce témoignage singulier qui lui faisait s'écrier : « Vous êtes le Christ, le fils du Dieu vivant » ? (Mt 16,16) Où est-il ? Pierre était entré chez Caïphe, le grand prêtre, où il avait entendu sans peine le chuchotement d'une servante, mais il tarde à reconnaître son Seigneur. « Quand il entendit que c'était le Seigneur, il mit sa tunique, car il n'avait rien sur lui. » Que c'est étrange, mes frères ! Pierre entre sans vêtement dans la barque, et se jette tout habillé dans la mer ! Le coupable se voile toujours pour se dissimuler. Ainsi, comme Adam, aujourd'hui Pierre désire cacher sa nudité après sa faute ; tous deux, avant de pécher, n'étaient vêtus que d'une nudité sainte. « Il mit sa tunique et se jeta à la mer. » Il espérait que la mer laverait ce vêtement sordide qu'était la trahison. Il s'est jeté à la mer car il voulait revenir le premier, lui à qui les plus grandes responsabilités avait été confiées (Mt 16,18s). Il s'est ceint de sa tunique, car il devait se ceindre du combat du martyre, selon les paroles du Seigneur : « Un autre te ceindra et te mènera où tu ne voudras pas » (Jn 21,18). Les autres viennent avec la barque, en traînant leur filet plein de poissons. Avec beaucoup de peine ils ramènent avec eux l'Église jetée dans les vents du monde. C'est elle que ces hommes emportent dans le filet de l'Évangile vers la lumière du ciel et qu'ils arrachent aux abîmes pour la conduire auprès du Seigneur.

    peripsum.org
© 2019 Collégiale Saint André. Tous droits réservés. Ce site utilise des cookies pour son fonctionnement.

Connexion :

DMC Firewall is a Joomla Security extension!