Commentaire liturgique

Venez à moi, et je vous soulagerai... Vous avez goûté le chemin du monde : goûtez maintenant le mien, et s'il ne vous plaît pas, vous le fuirez. Vous avez porté les fardeaux pesants du monde, et vous avez senti combien ils sont lourds : laissez-vous persuader et prenez sur vous mon joug ; vous apprendrez par l'expérience combien il est doux et léger. Je ne ferai pas de vous de ces riches qui ont besoin de beaucoup de choses, mais des riches véritables qui n'ont besoin de rien ; car le riche n'est pas celui qui possède beaucoup, mais celui à qui rien ne manque. Chez moi, si vous renoncez à tout, vous serez riches... Mais si vous cherchez à rassasier vos convoitises, elles vous affament. La faim vient en mangeant : plus le riche s'enrichit, plus il est pauvre ; plus l'argent s'amasse, plus il veut s'amasser ; plus on acquiert, plus on veut acquérir... Venez donc à moi, vous tous qui êtes fatigués par la richesse, et reposez-vous dans la pauvreté ; venez, les maîtres de biens et de possessions, et prenez plaisir au renoncement. Venez, les amis du monde qui n'a qu'un temps, et prenez le goût du monde éternel. Vous avez expérimenté votre monde : venez expérimenter le mien. Vous avez fait l'épreuve de votre richesse : venez éprouver ma pauvreté. Votre richesse est une richesse; ma pauvreté est la richesse. Ce n'est pas une grande chose que la richesse soit appelée une richesse, mais ce qui est admirable et grand, c'est que la pauvreté est la richesse, et l'humilité, la grandeur.

    peripsum.org

Prochaines activités :

© 2017 Collégiale Saint André. Tous droits réservés. Ce site utilise des cookies pour son fonctionnement.

Connexion :

Our website is protected by DMC Firewall!